Entretien avec Alexandre Stevens

  • par

[et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »3.25.3″][et_pb_row _builder_version= »3.25.3″][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.25.3″][et_pb_text _builder_version= »3.25.3″ inline_fonts= »Times New Roman »]

CPCT-Paris : Quel décalage, quelle subversion, cette question du « savoir de l’enfant » pourrait-elle venir introduire dans le discours des adultes qui s’occupent d’enfants aujourd’hui (parents, enseignants, éducateurs, professionnels du médico-social, etc.) ?

Alexandre Stevens : Que savent les enfants ? Et s’ils n’en savaient tout compte fait pas moins que nous, adultes ? 

Il arrive que face à une situation de perte grave, aucune explication ne soit donnée à un enfant parce qu’il ne serait pas en état de comprendre. Ainsi, un père dit à ses enfants que leur mère est partie en voyage pour longtemps, parce qu’il veut les protéger de l’annonce de son décès. « Ils ne pourraient pas comprendre à leur âge ce qu’est la mort, » avance-t-il. C’est vrai, mais quel adulte peut comprendre ce que c’est, la mort ? Il y a des mots à dire, un réel à permettre de traiter par une nomination. Le savoir, ça se construit au bord du réel, « sur le chemin qui nous mène au réel » comme le dit Lacan que cite très justement Lilia Mahjoub dans l’argument pour la journée du CPCT-Paris.

Les enfants sont dans le chemin des apprentissages et ils ont moins d’expérience, comme on dit, que les adultes. Mais si les apprentissages et l’expérience sont des valeurs reconnues, celles-ci peuvent aussi bien servir à voiler le réel en jeu. Ils ont un savoir de l’inconscient, tout comme les adultes, parce que, aussi jeunes soient-ils, ils ont déjà une histoire. Et le savoir qui se constitue ainsi fait bord pour un réel qui tient à la frappe du signifiant sur leur corps.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built= »1″ inner_shadow= »on » fullwidth= »on » _builder_version= »3.25.3″ custom_margin= »40px||40px||| »][et_pb_fullwidth_header text_orientation= »center » button_one_text= »Je m’inscris… » button_one_url= »http://cpct-paris.com/index.php/2019/06/15/sinscrire-a-la-journee-du-cpct-paris-avec-eric-laurent-28-septembre-2019/ » logo_image_url= »http://cpct-paris.com/wp-content/uploads/2019/07/Affiche-CPCT-2019-2.4-sml-e1562089494634.jpg » _builder_version= »3.25.3″ background_image= »http://cpct-paris.com/wp-content/uploads/2019/07/Tableau-punition-1-2.jpg » parallax= »on » custom_button_one= »on » button_one_bg_color= »rgba(41,93,96,0.55) » button_one_border_width= »-1px » button_one_border_color= »rgba(0,0,0,0) » button_one_font= »Abhaya Libre|||||||| » button_one_icon= »%%36%% » button_one_text_shadow_style= »preset2″ box_shadow_style= »preset2″ box_shadow_style_image= »preset2″ box_shadow_style_button_one= »preset2″ min_height= »434px » min_height_last_edited= »on|phone » custom_margin= »12px||13px » custom_margin_last_edited= »on|desktop » child_filter_saturate= »28% » child_filter_opacity= »71% »][/et_pb_fullwidth_header][/et_pb_section]